Médias traditionnels et numériques : la cohabitation moderne

Au milieu des évolutions qu’ont pu connaître les médias ces dernières années – la bataille que l’on s’imagine entre anciens et nouveaux canaux de diffusion, la suspicion de partialité dans tous les camps – Reuters Institute a mené une enquête auprès de 70000 personnes dans une trentaine de pays. Les résultats du rapport peuvent être bien loin de  l’image de bataille permanente que l’on peut s’imaginer entre les médias traditionnels et les médias numériques.

[L’Ere du soupçon

Jamais le lien entre contexte politique et suspicion de corruption et de conflit d’intérêt à l’égard des médias ne semble avoir été aussi fort. Les « fake news » sont dans toutes les bouches mais leur définition-même varie en fonction de qui l’emploie. De la nouvelle simplement surprenante ou dérangeante à l’information biaisée voire créée de toute pièce dans le but de servir un discours orienté, elle a considérablement influencé la façon de s’informer. Le fossé entre la confiance accordée aux médias en général et à ceux effectivement choisis et consultés par l’utilisateur est grand. L’émergence de Breitbart News, le succès de Fox News malgré les critiques est le résultat de cette polarisation.

De la résistance au tout-digital

L’évolution de fond que connaît le secteur s’institutionnalise avec un déclin de la presse écrite qui se poursuit et une montée en puissance des réseaux sociaux qui se confirme. 50% des utilisateurs s’en servent ainsi comme source d’information principale aux Etats-Unis. Au sein d’un ensemble plus diversifié incluant les médias traditionnels en recul, ils se légitiment. Chez les 18-34 ans, ils sont même la source principale d’accès à l’information à hauteur de 33%…]

 

  • 20%
    Créativité - 20%
  • 60%
    Equipe - 60%
  • 20%
    Budget - 20%

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.