Les tracas des journalistes face à la fin de la gratuité sur les sites d’information

L’internaute habitué à parcourir les sites d’information aura remarqué depuis un moment l’affichage de plus en plus fréquent d’un compte à rebours indiquant le nombre d’articles restant à lire gratuitement. Sur d’autres sites c’est un message qui informe de l’obligation de s’abonner pour accéder à certains contenus.

Le développement d’Internet a créé la crise dans la presse, qui a vu les parts de marché du papier, sur lequel elle s’appuie depuis le début, fondre comme neige au soleil. Les rédactions se sont creusé la tête pendant des années, cherchant à juguler cette hémorragie, avant de se résoudre à accepter une vérité : le futur de la presse est sur Internet.

Le modèle économique de plus en plus adopté de nos jours est l’abonnement. Ce qui semble créer du désarroi chez les Internautes, qui n’ont plus accès gratuitement sur Internet à leurs titres favoris. Les plus chanceux d’entre eux, qui connaissent un ami ou un membre de la famille travaillant dans le média concerné, se retourne vers lui, afin qu’il lui communique des codes d’accès qui lui permettront d’avoir accès gratuitement à un contenu normalement payant. Ou tout simplement qu’il copie-colle l’article complet et le lui envoie.

Ces sollicitations mettent les journalistes dans l’embarras. Ils ont du mal à faire comprendre à ces proches de souscrire à un abonnement pour pouvoir lire les articles. A leur faire comprendre que cet abonnement est vital pour le titre.  Une journaliste de l’Obs en France raconte ses tracas du quotidien et souhaite faire comprendre une fois pour toutes qu’il faut accepter de payer pour avoir accès à des articles de qualité.

« Tu peux m’envoyer cet article payant par mail ? » Alors non, parlons-en

Making of. On ne nous avait pas prévenus, en école de journalisme : dans un futur proche, on allait se retrouver à dealer des codes. Depuis que Rue89 est devenu en partie payant, c’est permanent. On nous demande nos mots de passe abonnés ou alors d’envoyer, cet article, juste celui-ci, par mail.

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.