Le financement solidaire: nouveau mode de financement des médias en ligne?

Soumis à des régimes et une concurrence de plus en plus rudes et à des rapports complexes avec les géants du net avec lesquels ils sont en compétition, les médias en ligne, les « pure players », sont à la recherche constante de modèles économiques qui leur permettraient de survivre.

Après l’expérimentation de plusieurs modèles, dont le payant, la gratuité monnayé par la publicité, ou encore le « freemium » combinant les deux modèles (à savoir la gratuité et l’accès prioritaire), les médias en ligne explorent une nouvelle perspective: le financement solidaire.

Certains médias en ligne commencent en effet à opter ce mode de financement afin de conserver leur indépendance économique.

Le don et l’abonnement solidaire

Le système de don et le système d’abonnement solidaire sont aujourd’hui privilégiés par les média en ligne. Si beaucoup d’entre eux ont, par le passé, opté pour un système d’abonnement (paiement d’une somme forfaitaire mensuelle ou annuelle) ou de payement unique par article, les alternatives du « don » et de « l’abonnement solidaire »  sont de plus en plus adoptées à l’heure actuelle.

Le don permet aux lecteurs de verser librement et de manière facultative une somme quelconque au média pour le soutenir.

L’abonnement solidaire, se différencie de l’abonnement classique par le fait que le lecteur a la latitude de décider de s’abonner ou non. Les articles restent gratuits et l’abonnement dépend donc de la volonté du lecteur. Le  média construit une relation privilégiée avec le « lecteur membre » qui décide d’y souscrire. Le média en ligne l’imprévu a décidé, dans sa refonte, d’adopter cette stratégie.

Devenir un lecteur-membre

D’autres modèles ont été explorés par des médias en ligne comme le Guardian qui a supprimé son modèle d’accès payant et ouvert la possibilité à ses lecteurs de devenir « membres » du journal. Cette option avancée par le quotidien anglais afin de soutenir un journalisme indépendant, permet aux lecteurs d’accéder à des avantages supplémentaires (accès aux conférences thématiques, exclusivités, discussions en direct, master classes). Ces membres du « club Guardian » peuvent avoir trois statuts : patron, partenaire et supporter. Chacun de ces statuts correspondant à un éventail de possibilités proposées aux membres.

Cette orientation est une nouvelle façon d’amener les lecteurs à devenir actif et à s’engager auprès des médias qu’ils apprécient.  Cette stratégie constitue également une approche économique intéressante dans la recherche des solutions de financement auxquels les médias sont confrontés depuis plusieurs années.

Ces tentatives de diversification et d’implication des clients par les sites d’informations sont encore à un stade exploratoire..  La perte de vitesse de la presse écrite, pousse les entreprises des médias à rivaliser de créativité pour s’en sortir.

Dans cette perspective, des média comme le New York Times a misé sur des niches telles que les fans de mots croisés et de recettes de cuisine (400 000 convertis) avec une offre à 2,75 $ par semaine pour un accès illimité au web et à l’application en plus d’un accès PDF au journal. Ces initiatives et innovations, lui valent aujourd’hui un grand succès avec 2,64 millions d’abonnés numériques, selon un communiqué publié le 8 février 2018, soit une hausse de 41,8% en un an.

Les porteurs de projets de médias innovants pourraient s’inspirer de toutes ces idées pour donner un coup de pouce à leurs projets, notamment pour construire un modèle économique avec des intrants diversifiés.

Reply