Le community manager, futur rédacteur en chef ?

Métier encore mal compris ou alors considéré comme peu important il y a encore quelques années au sein des rédactions, le community management est devenu un poste stratégique. Le community manager s’est au fil du temps retrouvé au carrefour de toutes les fonctions. Les réseaux sociaux s’imposent désormais naturellement quand il est question de gestion de l’image ou de la réputation d’une entreprise. Même tendance au niveau des relations avec le public et de l’acquisition de l’audience.

Cette montée en importance des community managers se manifeste par une mobilité à rythme soutenu dans ce corps de métier, où les professionnels alternent les emplois et les employeurs à une vitesse folle, tant ils se trouvent sollicités. Leur importance fait aussi que leur rémunération grimpe inexorablement.

Le community manager est-il à terme appelé à devenir le patron des rédactions ? C’est tout comme. Une community manager explique par exemple qu’elle essaye d’avoir les infos majoritaires du jour et choisit les papiers qui ont la plus grosse valeur ajoutée, comme une interview d’un politique, un éditorial ou un gros sujet d’actu.

Un travail qui, précise un autre professionnel, n’est pas sans rappeler celui d’un front chief editor, la personne qui choisit comment se répartissent les sujets sur la page d’accueil d’un site d’informations. Contrairement au rédacteur en chef qui crée du contenu en amont, on fait avec le matériel dont on dispose. Ici entre 50 et 100 articles par jour.

Cet article de l’ADN relate l’évolution de ce métier au sein des rédactions en s’étoffant des témoignages de community managers confirmés.

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.