L’art de créer un émoji

Nés au Japon à la fin des années 1990, les émojis ont été popularisés par leur installation sur les claviers des iPhone en 2011 et sur les smartphones tournant sous le système Android en 2013. Aujourd’hui, les émojis représentent un “alphabet” qui compte environ 3 000 caractères et chaque année, de nouveaux émojis viennent s’ajouter à ceux déjà existants. Mais comment ces nouveaux émojis sont-ils sélectionnés.

L’introduction des nouveaux emojis est décidée par le Consortium Unicode, qui est une organisation à but non lucratif chargée de l’unification et la standardisation des lettres et caractères sur les ordinateurs et les smartphones grâce au système de codage Unicode. Ce consortium, regroupant dans ses rangs des entreprises comme Microsoft, IBM, Google, Apple, Netflix ou Oracle, se réunit quatre fois chaque année pour décider de l’introduction de nouveaux émojis.

Les propositions de nouveaux émojis peuvent être faites par n’importe qui. Mais les propositions doivent se plier à un cahier de charges très précis et à une batterie d’interdictions (l’émoji ne doit par exemple pas représenter une divinité ou une personnalité connue). En outre, il faut que l’émoji puisse être utilisé dans plusieurs contextes différents. Un certain temps (deux ans généralement) peut s’écouler entre la proposition d’un émoji et son adoption. Une adoption qui doit être obligatoirement faite à l’unanimité des voix du consortium admises à voter.

Objet de communication et de divertissement, l’émoji est peu à peu devenu un outil d’expression politique. C’est la raison pour laquelle, par exemple, le revolver a été remplacé par un pistolet à eau, à la suite des assassinats de masse aux Etats-Unis. Il se diversifie et se complexifie, ce qui permet aux socionautes les plus aguerris de communiquer en utilisant uniquement des émojis, en combinant plusieurs caractères, de manière à composer un message compréhensible pour leurs interlocuteurs.

 

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.