Il y a (encore) de la vie et des échanges nourris sur Google +

Lancé en 2011, le réseau social de Google n’a jamais vraiment décollé. Annoncé comme étant l’un des principaux concurrents à Facebook, Google + n’a pas réussi à représenter une menace réelle pour le réseau de Mark Zuckerberg. Mais, si les fils d’actualité restent désespérément vides, une vie et un débat foisonnants se déroulent dans les communautés qui s’y sont formées.

 

Au lancement de Google +, la firme de Mountain View n’a pas vraiment su comment déployer l’application, qui se situait à mi-chemin entre le réseau social et l’outil de mise en commun de tous les services de Google. En optant ensuite pour forcer la main des utilisateurs à avoir un compte sur Google +, l’entreprise a, certes, pu gonfler les chiffres des utilisateurs du réseau social, mais a aussi contribué à braquer de nombreux autres qui n’ont pas accepté ces injonctions.

En 2018, Google ne communique plus les chiffres de l’application. En 2016, Google France a d’ailleurs annoncé la fermeture de son compte sur Google +.

Ceci étant, les communautés continuent à vivre et à être très actives sur le réseau social. Si la majeure partie des utilisateurs publiant du contenu public ne permettent pas à n’importe qui de commenter leurs posts ou de les contacter, il est toujours possible de publier des posts dans les communautés pour entrer en contact avec les membres du réseau sans y être connu. En parcourant le site, on trouve des dizaines de communautés réunissant des milliers, parfois des centaines de milliers d’abonnés. Ces communautés, parfois plus actives que certains forums, restent extrêmement diversifiées dans leurs thématiques.

Simon Forgues, agent de développement et communication pour l’Alliance des radios communautaires du Canada, se souvient du jour de la mort d’Alan Rickman, l’interprète de Severus Rogue dans la saga Harry Potter, en 2016 : « Daniel Radcliffe, l’acteur principal de la série, publie un texte à propos du décès de l’acteur sur Google+. Le jour même, Business Insider publie un texte dans lequel ils écrivent que le choix de Radcliffe est étrange vu que personne n’utilise vraiment Google+. Son message a généré 24 814 “+1” et 3 660 partages. Mais bien sûr, personne n’utilise Google+ », ironise-t-il.

Simon Forgues explique en outre que c’est la qualité humaine du réseau que plébiscitent ses aficionados. En plus des discussions très intéressantes l’environnement de Google+ est sans pub. Une qualité de contenu qui reste encore aujourd’hui l’argument numéro un des défenseurs de Google+, qui estiment que le site garde une vraie valeur ajoutée.

Tiré de l’article Google+, des communautés toujours plus vivantes, (LeMonde.fr)

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.