Habari, Kunafoni et NBW : Le triptyque francophone des médias innovants 2018

La troisième édition du Prix francophone de l’innovation dans les médias organisé par l’Organisation internationale de la Francophonie en partenariat avec Radio France internationale (RFI) et Reporters sans frontières (RSF) a primé le 23 Mars 2018 à Paris (Siège OIF) trois médias numériques aux parcours atypiques. HABARI RDC, KUNAFONI et NOTHINGBUTHEWAX présentent des contenus informationnels originaux et novateurs qui combinent caractère ludique de l’information, originalité, et intelligence collective pour former un mélange exceptionnel de diversité dans l’innovation.

Nous vous proposons un dossier de présentation détaillé de ces médias qui informent autrement.

 

HABARI RDC : produit de l’intelligence collective et échos de la jeunesse

Une production collaborative de l’information…

HABARI RDC est un média né en 2016 de la volonté de blogueurs et de journalistes congolais d’offrir une alternative informationnelle neutre et impartiale. Partis d’un constat selon lequel l’environnement médiatique congolais regorge de médias partisans et partiaux, ces journalistes ont décidé de fédérer les blogueurs de l’ensemble du pays autour de cette plateforme afin garantir un pluralisme des opinions et une couverture nationale. Répartis dans les villes de Lubumbashi, Kinshasa, Goma, MbujiMayi, Butembo, Beni et Rusthuru, l’équipe éditoriale de cette plateforme collabore avec une centaine de blogueurs qui soumettent au quotidien des articles à la rédaction. Ce choix délibéré de HABARI  de travailler avec tous les jeunes blogueurs du pays répond au besoin d’encourager une  production collective de l’information qui donne la parole aux internautes. Rodriguez KATSUVA, représentant du média lors de la remise du prix nous explique d’ailleurs que des articles sous forme de résumés sont produits sur la base de commentaire d’internaute sur la page Facebook de HABARI.

« On fait aussi des articles qui viennent des commentaires que font les jeunes sur nos réseaux sociaux »

Le modèle d’HABARI RDC qui produit de l’information à partir des contributions des blogueurs est original et assez particulier. Si plusieurs médias en ligne réservent des espaces de contribution des lecteurs tels que les forums, les blogs, les commentaires et les possibilités de publications des internautes, ces espaces étaient bien distincts de l’univers de production de l’information professionnelle des journalistes. HABARI constitue ainsi une innovation en ce sens que la plateforme est en majorité animée par ces contributions qui sont vérifiées, recoupées et corrigées avant publication. La qualité éditoriale des articles de HABARI RDC est en effet assez marquante.

Un écho des idées de la jeunesse…

La plateforme HABARI RDC est aussi aujourd’hui un instrument remarquable qui permet aux jeunes de s’exprimer sur les actualités du Congo. Sa démarche éditoriale ouverte au public constitue une tribune qui permet  de s’exprimer être de commenter l’actualité politique librement. Cette possibilité rejoint la volonté de ce média de mieux structurer l’espace public congolais afin d’une faire une place importante à la jeunesse. M. KATSUVA l’explique en ces termes :

« Ce qu’on veut, c’est que les aspirations des jeunes puissent parvenir aux décideurs (…), que les jeunes fassent partie des décideurs, qu’ils soient parmi les prochains dirigeants qui pourront être aux manettes de notre pays ».

HABARI RDC est soutenu par une néerlandaise ONG RNW Médias qui lui permet de rester libre des  financements politiques ou provenant de la publicité. Avec le 1er prix francophone de l’innovation dans les médias de 10.000 euros, la plateforme compte se lancer dans le « Fact-checking » à travers la formation de membres de sa rédaction. L’objectif est de lutter contre les rumeurs et fausses informations qui peuvent miner l’espace public. Dans le long terme, HABARI a comme perspective d’investir le champ du journalisme d’investigation.

 

KUNAFONI : Le rap comme vecteur d’informations pour les jeunes et les femmes

KUNAFONI est une Web TV d’informations généraliste qui délivre ses messages par un canal particulier. Ce média a trouvé le moyen idéal d’atteindre ses cibles en lui délivrant l’information e manière ludique. C’est par la musique et plus particulièrement le rap, genre musical le plus consommé par les jeunes, que sa directrice de publication Mme TOGOLA Semega Hawa a décidé d’orienter ses contenus. Depuis 2016, cette Web Tv en qui personne ne croyait à ses débuts a réussi à s’imposer avec ses programmes entièrement rappés.

« Le JT est rappé, le débat est rappé, tout est rappé en fait »

Des contenus orientés vers les jeunes et les femmes…

Le contenu programmatique de KUNAFONI est scindé en deux programmes principaux :

Le premier, Kunafoni Rappou,  est composé de deux volets que sont le journal rappé (JT) et le débat rappé. Le JT Rappé est diffusé sur le site hebdomadairement (chaque mardi) sur le site avec un « Battle du Week » qui fait la revue des sujets les plus en vue de la semaine. La particularité de ce format hebdomadaire est qu’il fait aussi bien la revue des actualités les plus en vue dans qu’il met la focale sur les actualités commentées sur les réseaux sociaux. Kunafoni revient donc sur les contenus que les internautes portent sur Internet, qui peuvent différer de l’agenda des médias classiques. Un débat rappé est aussi proposé pour confronter les différents courants d’opinion par rapport à des sujets d’actualité.

Le deuxième programme important  « Femmes Leaders » est consacré aux femmes. Les efforts entrepris par les femmes, leur rôle dans la société malienne et des profils de femmes Leaders font l’objet d’une attention particulière dans cette émission. Ce programme vise déconstruire les clichés de femmes jouant un rôle secondaire dans la société et cantonnées au foyer. Des profils de femmes entrepreneures, agricultrices, journalistes, stylistes, informaticiennes, ingénieures, médecins, maçons y sont présentés dans une logique de valorisation de leurs compétences. Cette web tv évolue donc dans une logique d’Egalité homme-femme qui est l’un des sujets chers à l’Organisation internationale de la francophonie et s’inscrit dans les Objectifs de développement durable (ODD).

Le rap à des fins utilitaires…

Kunafoni s’est construit en travaillant avec des jeunes rappeurs maliens qui ont dû se former à utiliser leur musique pour informer. Le rap étant réputé être une musique violente, tout  le monde a été surpris de voir que cet art était utilisé pour transmettre des nouvelles nous dit en substance Mme TOGOLA.

« Il y’a une autre manière de faire du rap sans pour autant insulter, sans inciter à la violence »

Les rappeurs de Kunafoni sont donc devenus de véritables professionnels de l’information par un travail de formation sur le tas effectué par la rédaction mais surtout par des sessions initiées à cet effet.

« Tous les textes qu’ils écrivent, ils le font tout comme une rédaction conventionnelle »

Les journalistes-rappeurs de KUNAFONI se professionnalisent et acquièrent  des compétences au fil du temps. Les contenus informationnels qu’ils émettent en français et en bambara (langue locale la plus parlée) donnent à cette web tv de plus en plus d’ampleur au Mali et en Afrique subsaharienne de manière générale.

Soutenue elle aussi par une ONG néerlandaise appelée Free Press Unlimited et par des recettes publicitaires qu’elle génère, Kunafoni compte profiter de son enveloppe (6500 euros) de lauréat du Prix francophone de l’innovation dans les médias pour renforcer les capacités de ses rappeurs/journalistes. Elle compte aussi dans le moyen terme d’un studio audio et télévision pur améliorer la qualité de ses contenus.

 

Nothingbutthewax : résolument tourné vers la culture afro-diasporique…

Nothingbutthewax est un pureplayer français qui s’intéresse aux aspects culturels et diasporiques de la jeunesse. Créé en mars 2017, NBW aborde des thématiques telles que la culture, l’art et la société, vues avec la lanterne de la jeunesse noire basée en Europe ou en Afrique. Traitant donc de questions relatives aux identités diasporiques, ce site propose des histoires, des récits de trajectoires, des productions culturelles et artistiques en lien avec la jeunesse afro-diasporique.

Un pureplayer qui vient de loin…

Nothingbutthewax était à l’origine un blog de Chayet Chiénin, journaliste férue et passionnée de wax et de mode africaine. Lancé dès 2010, le blog visait à rendre les créateurs africains visibles  et à lutter contre les stéréotypes sur l’Afrique. La journaliste qui concentre ses efforts sur la valorisation de la mode africaine et du wax qui la représente le mieux. A force de de s’affirmer, ce blog gagne en renommée au fil du temps au point très souvent cité dans des articles de Forbes Afrique ou encore Courrier International.

Ce parcours qui fait de Nothingbutthewax une source privilégiée des médias lorsqu’il s’agit de culture africaine, et la détermination de Chayet Chiénin lui permettent d’être lauréat 2015/2016 du concours Media Maker (l’incubateur pour les projets innovants). Après une  incubation de 3 mois entre janvier et mars 2016, le projet éditorial ainsi que le modèle économique du site sont précisés. Il s’ensuit une campagne de financement participatif au terme duquel le blog réunit assez d’argent pour passer à son projet de site web qui voit le jour en 2017.

Un projet ambitieux et des contenus créatifs…

Nothingbutthewax est un modèle unique de média constitué œuvrant à la réappropriation d’éléments culturels, artistiques et de mode africanistes dans l’espace francophone. Le monde francophone était jusque-là absent su champ diasporique avec des contenus médiatiques essentiellement anglophones.

L’autre particularité de Nothingbutthewax est que 20% de ses contenus sont des vidéos produits par son équipe et se caractérisent par une grande originalité dans leurs formats. La rubrique mode met également en exergue des créations originales qui valorisent le wax et la mode africanistes.

One minute Style: Production de NBW

Encore à ses premiers pas, Nothingbutthewax est un grand espoir des médias innovants francophones qui compte grandir vite. Nourrissant le désir d’acquérir du matériel propre afin de sortir du régime de location et produire ses contenus avec plus d’autonomie, NBW trouvera dans son troisième (3500 euros) et en d’autres potentiels partenaires des ressources qui, on l’espère, lui permettront de se développe très vite.

Pour rappel :

Le Prix francophone de l’innovation dans les médias est une initiative de l’OIF, de RSF et de RFI visant à encourager ainsi les nouvelles manières d’informer.

Ce prix s’adresse à tous les médias (radio, télévision, presse écrite et nouveaux médias) des 57 Etats et gouvernements membres de la Francophonie ayant développé des offres innovantes prenant en compte les nouveaux modes de consommation et d’accès à l’information.

Les lauréats sont désignés par un jury composé de représentants des partenaires ainsi que de personnalités issues du monde des médias francophones. Ils bénéficient d’une dotation de 10 000 euros (1er Prix), 6 500 euros (2e Prix) et 3 500 euros (3e Prix) destinée à consolider le développement de leur entreprise.

 

 

Reply