Ce qu’il faut retenir de la décision de Twitter de bannir les publicités politiques

A partir du 22 novembre prochain, les publicités politiques sponsorisées ne seront plus possibles sur Twitter. L’annonce faite par Jack Dorsey, fondateur de ce réseau social de micro-blogging, a fait beaucoup réagir ses utilisateurs. Voici ce qu’il faut retenir de cette décision.

La mesure intervient après la restriction des règles sur les publicités politiques

Avant l’annonce de cette décision, Twitter avait déjà restreint au mois de février dernier ses règles sur les publicités politiques notamment en prélude des élections européennes de mai 2019. Twitter exigeait notamment des annonceurs une certification sur Twitter et le renseignement d’une adresse dans l’Union Européenne pour pouvoir faire de la publicité à caractère politique. Ces types d’exigences avaient été mises en place aux Etats-Unis après les manipulations de l’information sur les réseaux sociaux orchestrées lors de l’élection présidentielle américaine de 2016.

Une manière de rétablir une égalité de traitement de l’expression des forces politiques

Jack Dorsey est clair sur son message : « Nous pensons que la portée des messages politiques doit être méritée, pas achetée. Un message politique gagne de la portée quand les gens décident de suivre un compte ou de le retweeter. Payer pour de la diffusion supprime cette décision, forçant des messages politiques hautement optimisés et ciblés selon les personnes. Nous pensons que cette décision ne devrait pas être compromise par de l’argent », a-t-il dit. Une façon de laisser aux twittos le soin de décider quels messages méritent d’être amplifiés ou non.

La mesure semble être un tacle contre Facebook

La décision de Twitter intervient alors que Facebook est impliqué dans une controverse sur sa décision, au nom de la liberté d’expression, de ne pas lutter contre les fausses informations lorsqu’elles sont relayées dans les publicités politiques sponsorisées sur son réseau social. Jack Dorsey n’a pas hésité à épingler ce paradoxe : « il n’est pas crédible pour nous de dire: «Nous travaillons fort pour empêcher les gens de jouer avec nos systèmes pour diffuser des informations trompeuses, mais si quelqu’un nous paye pour cibler et forcer les gens à voir leur publicité politique… eh bien… .ils peuvent dire ce qu’ils veulent », a-t-il dit.

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.