A la découverte des « Zouzoukwa », les émoticônes provenant de la Côte d’Ivoire

Vous avez déjà rêvé d’ajouter à vos messages un émoji bissap (jus d’hibiscus) ? De frites de plantain ? Une main décorée au henné ? Du choukouya (viande grillée) ? Un homme en boubou ou alors une femme Noire portant des nattes ? Le travail d’O’Plérou Grebet pourrait vous intéresser. Ce jeune Ivoirien s’est donné pour mission de produire chaque jour de l’année 2018 un émoji représentant l’Afrique. Et jusqu’ici, il réussit son pari.

Pourquoi des émojis spécifiques à l’Afrique ?

Parti du constat que les émoticônes présents sur les téléphone portables actuels ne cadrent souvent pas avec ce que recherchent les Africains, le jeune artiste a eu l’idée d’en créer qui reflèteraient le quotidien et les cultures africaines. Il s’en est expliqué longuement dans un entretien publié en mai dernier par blogueuse Clara Delcroix :

« Je voulais au départ faire une série d’œuvres d’art ou de design sur les masques ivoiriens pour les promouvoir. Mais je ne savais pas comment toucher le plus de personnes possibles. Et un jour pendant une discussion sur WhatsApp avec un ami, j’ai repensé au projet et je l’ai relié aux émojis qui étaient devant moi. J’ai donc eu l’idée de créer des émojis pour la promotion des masques. Mais j’ai finalement décidé d’étendre le projet à toute l’Afrique, et de le transformer en défi pour rester motivé. »

Et pour diffuser son travail, l’étudiant en Beaux-Arts et en Arts et Images Numériques a choisi la plateforme Instagram, où il publie quotidiennement ses créations. Il accompagne chacun de ses émojis d’un texte décrivant la particularité ou l’utilité des personnes ou des objets mis en avant.

 

« Pour créer un émoji, je commence par chercher des images de références, je fais un croquis sur papier ou directement sur l’ordinateur pour le simplifier et je m’inspire des images et du croquis pour réaliser l’émoji. » L’artiste explique par ailleurs que la création d’un émoji demande jusqu’à 4h30 de travail.

 

Un travail reconnu

Ce projet a donné suffisamment de visibilité à O’Plérou Grebet pour lui permettre d’obtenir une collaboration avec le magazine Elle Côte d’Ivoire, d’être lauréat du prix du jeune talent lors des Adicom Days, la rencontre des professionnels africains de la communication qui s’est déroulée en mars 2018 à Abidjan.

Dans le prolongement de son initiative, il compte lancer un site web collaboratif ou les contributeurs écriront des articles sur les éléments représentés par ses émojis. Il pense aussi à développer une application qui permettra d’utiliser ses émojis.

 

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.