« On n’a pas besoin d’être un spécialiste ou un informaticien pour créer une plateforme »

Le MediaLabo a réalisé une série d’entretiens avec les Lauréats du Prix Francophone de l’Innovation dans les Médias. Le dernier entretien est accordé au Premier Prix de cette deuxième édition, AgriBusiness Tv, une web télé consacrée aux jeunes qui innovent et réussissent dans l’agriculture.

 

Le MediaLabo (LML) : AgriBusinessTv se concentre sur l’innovation dans l’agriculture, pourquoi ce choix ?

Agribusiness Tv (AB Tv) : AgribusinessTV est une web télé consacrée à réconcilier les jeunes avec les métiers de l’agriculture à travers des reportages vidéo. Le choix de faire des reportages uniquement sur les jeunes et l’agriculture vient  d’un constat : les jeunes ont une perception très négative de l’agriculture. Quand on parle d’agriculture, on voit juste le paysan qui est dans les champs, qui est pauvre, mais ce n’est pas vraiment le cas. Aujourd’hui on a plusieurs innovations, on a des jeunes qui sont en train de transformer des produits, d’autres qui sont en train d’introduire des technologies dans le secteur.  Tout ça n’est pas vraiment montré dans les médias. On a donc voulu remédier à cela afin d’amener les jeunes vers l’agriculture, pour produire plus et être autosuffisant mais aussi pour la création d’emplois. L’objectif est donc d’utiliser la réalisation de vidéos pour inspirer les gens, leur donner des idées pour commencer des choses ou améliorer ce qu’ils font déjà.

LML : Quelle a été la genèse du projet ?

AB Tv : Nous sommes deux à porter ce projet, M. Inoussa Maïga et moi-même. Nous travaillons dans le domaine agricole depuis plusieurs années. Il s’est fait qu’à chaque rencontre à laquelle on participait, on parlait de l’enjeu de l’attractivité de l’agriculture pour les jeunes. Il y a certes plusieurs manières de faire la promotion de l’agriculture, écrire des articles en est une. Nous avons cependant choisi un média en ligne proposant des vidéos parce que nous avions une conviction : montrer des exemples de jeunes qui ont réussi serait plus parlant que des articles « classiques ». Il sera plus facile aux jeunes de se projeter et de s’identifier à ces modèles à travers des vidéos.

LML : AgribusinessTv propose des vidéos directement consultables sur mobile. Pourquoi avoir fait ce choix ? Comment l’avez-vous développé ?

AB Tv : La cible principale d’AgribusinessTv c’est les jeunes compris dans la tranche des 18-35 ans. La plupart d’entre eux possèdent des téléphones mobiles et sont connectés aux réseaux sociaux. C’est pour cela que nous avons décidé de créer la web télé, l’application mobile, mais aussi d’investir les réseaux sociaux. Il fallait porter le message aux jeunes, là où ils se trouvaient, aller vers eux.

LML : Pensez-vous que votre message ait autant d’impact dans les zones rurales que dans les zones urbaines ? Vos vidéos sont-elles accessibles aux jeunes des régions reculées compte tenu des difficultés d’accès à l’information et aux connexions ?

AB Tv : La principale difficulté, au Burkina au moins, c’est la connexion, elle n’est pas stable. Il peut arriver qu’on ne puisse pas lire une vidéo. La parade que nous avons trouvée est la publication des vidéos sur Facebook. On ne touche malheureusement  pas les jeunes des villages, ceux qui n’ont pas un ordinateur ou un Smartphone à portée de main.

Nous réfléchissons en ce moment au lancement d’un magazine thématique diffusé à la télévision. Chaque numéro du magazine portera sur une thématique spécifique, par exemple « le retour à la terre » ou  « les emplois verts ». Nous avons déjà produit deux numéros pilotes qui seront proposés à la télévision nationale et aux annonceurs. L’objectif de ces magazines est de couvrir les jeunes qui ne sont pas à la capitale et qui ne sont pas forcément connectés. Nous sommes également en contact avec des acteurs de la vulgarisation, qui sont en contact avec les cibles, sur le terrain. Lorsque que nous nous croisons dans les conférences, nous leur  donnons les vidéos gratuitement pour qu’ils puissent, une fois revenus sur le terrain, s’en faire les porte-voix. On essaie ainsi, petit à petit, de trouver des moyens hors internet pour atteindre les cibles.

LML : Quel est le modèle économique de AgriBusiness Tv ?

AB Tv : Notre modèle économique est basé sur trois piliers : les subventions, les productions et co-productions  que nous réalisons en tant que prestataires, et la publicité. Notre chaîne Youtube est désormais monétisée.

Nous tendons vers un modèle sans subvention et qui fonctionnera essentiellement avec la publicité. Pour le pérenniser, il nous faudra produire toujours plus de vidéos, de sorte à avoir toujours plus de vues.

LML : Comment vous servez-vous des réseaux sociaux pour la promotion de vos vidéos ?

AB Tv : Nous avons notre page Facebook, un compte Twitter, LinkedIn et Instagram. Chaque fois qu’une vidéo est mise en ligne, elle est automatiquement partagée sur les réseaux sociaux. Facebook nous a beaucoup aidés puisque le cœur de notre cible s’y retrouve en majorité. C’est à travers Facebook que nous avons le plus de vues, tout étant bien entendu fonction de la thématique et du contenu publié. Nous restons à l’écoute des statistiques pour nous ajuster par rapport aux attentes de notre public.

 LML : Quels sont les outils  que vous avez utilisés pour développer ces vidéos mobiles ?

AB Tv : Nous n’avions pas de formation en informatique. Je suis agronome de formation et Inoussa a une formation en communication. Nous avons cependant compris rapidement qu’il n’était pas nécessaire d’avoir une formation en informatique pour créer un site web. On n’avait d’ailleurs pas le budget nécessaire pour recruter un spécialiste. Nous avons donc cherché des outils en ligne qui nous ont permis de développer les plateformes. Pour le site web comme pour l’application mobile, nous avons eu recours à des sites français : Wmaker, Goodbarber. On a construit notre projet petit à petit. Le lancement d’AgriBusiness Tv était prévu pour Avril 2016, mais comme l’application mobile n’était pas encore prête en deux langues, on a dû la reporter sur Mai 2016. En somme, on avait une idée, on a recherché et utilisé les outils disponibles pour atteindre le résultat.

LML : Vous avez des correspondants dans beaucoup de pays, comment cela se passe ?

AB Tv : Nous sommes cinq (5) à Ouagadougou et les autres sont des correspondants dans les pays que nous couvrons. Nous sommes pour le moment présents dans onze (11) pays et nous travaillons avec une dizaine de correspondants.

En 2016, nous avions organisé un atelier auquel tous les journalistes avaient été conviés. Cela nous a permis de nous accorder sur la méthode de travail. Les sujets à traiter peuvent être identifiés par les journalistes eux-mêmes ou par le comité de coordination. Il arrive que nous travaillions à la demande d’un entrepreneur. Dès que le sujet est validé, le journaliste prend contact avec l’entrepreneur, réalise la vidéo et nous l’envoie par internet. Une fois le sujet reçu à Ouagadougou, il est traduit, monté et mis en ligne par l’équipe sur place.

LML : Quels conseils donneriez-vous à ces jeunes qui voudraient lancer un média ?

AB Tv : Je pense que tout d’abord, on doit suivre sa passion, la nôtre était les jeunes et l’agriculture. Si on reste fidèle à sa passion, on trouve forcément les outils pour atteindre les objectifs qu’on s’est fixé. On n’a pas besoin d’être un spécialiste ou un informaticien pour créer une plateforme, les outils existent déjà, il faut juste avoir une idée concrète et surtout croire en ce que l’on fait et le résultat sera au bout des efforts consentis.

 

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.